Actualité
mardi 13 novembre 2012

La Yuki Onna 雪女, ou femmes 女 des neiges 雪, est un yûrei 幽霊, c’est-à-dire un fantôme japonais, et fait donc partie des yôkai 妖怪, nom attribué aux êtres surnaturels comme les esprits, démons et autres monstres du folklore de l’archipel. Bien qu’elle soit dotée de plusieurs noms, selon les régions où elle apparaît ou les légendes qui sont racontées à son sujet, le nom de Yuki Onna est un nom générique et facilement identifiable qui englobe un certain nombre de « sous-catégories », mais qui ne change pas la nature de cet esprit ou ce qu’il représente. Elle est très présente jusqu’à aujourd’hui, intervenant dans de nombreux films, mangas et jeux vidéos, et certaines de ses nombreuses apparitions ont été consignées tout au long de l’histoire ou racontées oralement de génération en génération, faisant vivre et concrétisant ce fantasme représentatif d’un mélange de peur et de beauté.

Description du personnage et historique

La Yuki Onna serait une femme de taille immense, parfois citée comme faisant plus de 3 mètres de haut, de très grande beauté et d’apparence sereine mais dont le regard diabolique serait capable de tuer ne serait-ce que par la terreur qu’il inspire. Selon les versions, ses cheveux peuvent être noirs ou blancs, sans doute par assimilation avec la neige ou dans le but de se fondre plus facilement dans le paysage. Ses lèvres sont bleues, rappelant la glace ou la couleur d’une personne morte de froid, et sa peau est si pâle qu’elle est souvent décrite comme transparente, seuls certains traits de son visage et ses cheveux se distinguant alors au milieu du paysage ; et bien sûr, sa peau est très froide au toucher. Elle est parfois décrite comme portant un kimono mais le plus souvent nue, accentuant encore à la confusion avec le décor qui l’entoure. Elle se déplace sans laisser de traces et donc en flottant, mais elle n’a sans doute pas de pieds comme l’ensemble des fantômes japonais (ce qui n’est pas le cas des autres catégories d’êtres surnaturels au Japon). Si elle se sent menacée, elle peut se transformer en épais brouillard ou en neige. Elle est décrite dans certaines légendes comme une petite fille ayant une jambe et un seul œil, comme la Shikkenken, mais cet aspect est beaucoup plus rare et la plupart correspondent à la description ci-dessus.

D’un point de vue psychologique, elle serait la personnification de l’hiver et la concrétisation de la peur inspirée par les blizzards, en particulier dans les régions à très fort enneigement et dont les hivers peuvent être rigoureux, comme dans le nord de l’archipel mais aussi le centre du Honshû, très montagneux et facilement isolé. Elle justifierai ainsi cette peur et donnerait une raison aux nombreux corps retrouvés suite à une tempête de neige, ainsi qu’aux personnes disparues dans le même contexte, sans pour autant oublier l’aspect serein des paysages enneigés malgré le danger qu’ils représentent, et leur beauté.
Elle serait à l’origine l’esprit d’une personne décédée dans ces conditions, ou bien une divinité lunaire. Représentée jusqu’au XVIIIème siècle comme un esprit démoniaque, le côté plus humain du personnage, ou tout du moins fantomatique, apparaît de plus en plus par la suite.

Elle est mentionnée pour la première fois dans la littérature japonaise dans le Sôgi Shokoku Monogatari, ou « Légendes de diverses régions, par Sôgi », daté de 1690 et composé de textes du prêtre bouddhiste Sôgi (1421-1502), célèbre poète renga (nom donné à un type de poésie collaborative à l’origine des haiku) de la fin de la période Muromachi (1333-1573) (les dates étant identiques dans toutes les sources consultées, les textes ont peut-être été regroupés et édités bien après sa mort même s’ils étaient déjà connus individuellement, d’où l’écart de dates.). Les légendes japonaises étant avant tout une tradition orale, cette légende est peut-être encore bien plus ancienne, mais celle de la Yuki Onna sera surtout popularisée par l’un des ouvrages de Lafcadio Hearn sur lequel je reviens plus loin.

Contexte d’apparition et types d’attaques

La Yuki Onna apparaît essentiellement de nuit, dans un contexte de tempête de neige, mais son action sur les humains varie d’une légende à l’autre et connaît pas mal de spécificités régionales. Elle est souvent liée aux enfants, et certains de ses aspects peuvent rappeler certains personnages de notre propre folklore, non seulement les fantômes mais aussi les vampires ou les succubes.

Elle apparaît le plus souvent aux voyageurs pour les geler avec son propre souffle, ou les perd volontairement afin qu’ils finissent par mourir de froid naturellement.
Elle apparaît aussi régulièrement avec un enfant dans les bras, en particulier devant des parents ayant perdu le leur, en leur demandant de tenir celui-ci. L’enfant une fois dans leur bras grossi de façon démesurée jusqu’à ce que la victime ne puisse plus bouger et meure gelée, l’enfant en question s’avérant être un énorme bloc de glace (légende similaire à celle d’Ubume, bien qu’il s’agisse pour celle-ci d’une pierre). Cette version est surtout présente dans la préfecture d’Aomori.
Elle peut aussi mener des actions plus directes et agressives en attaquant des habitations avec son souffle, provoquant des rafales qui ouvrent les portes, les victimes finissant gelées dans leur sommeil, mais une invitation, comme dans beaucoup d’histoires d’esprits y compris chez nous, peut alors être nécessaire afin qu’elle pénètre dans les maisons.
Dans la préfecture de Niigata, non seulement elle gèle les gens mais elle arrache aussi le foie des enfants vivants. Dans celles d’Iwate et de Miyagi, elle aspire la vie de ses victimes, parfois leur sang. Dans la préfecture d’Ibaraki, elle appelle les passants avant des les pousser dans un ravin s’ils l’ignorent. De façon plus sporadique, elle utilise la faiblesse des hommes pour aspirer leur vie ou les geler pendant l’acte sexuel.

Bien que ces actes paraissent effrayants et surtout agressifs, une partie des légendes a été racontée par des « spectateurs », des personnes présentes ayant vu ces phénomènes ; il semble donc qu’elle soit malgré tout capable d’épargner des vies, et plus particulièrement celles d’hommes jeunes et beaux, comme raconté dans les légendes que je vais développer plus loin.

Selon les traditions, elle peut également apparaître à date fixe, comme les nuits de pleine lune, ou le 15 janvier dans la préfecture d’Iwate également appelé koshôgatsu 小正月 ou « petit nouvel an », moment important puisqu’il s’agit de la date où sont faites les prières pour les récoltes à venir. Dans le district de Nishitsugaru (Aomori), elle apparaît pendant un mois à partir du jour de l’an, et repart le 1er février, étant alors considérée comme toshigami 年神 ou « divinité de la nouvelle année ». La frontière entre yôkai et kami est parfois floue au Japon : les kami peuvent ressembler à de simples êtres surnaturels et parfois être vénérés ou craints de la même façon qu’un yôkai, les deux mondes étant essentiellement peuplés de ce que l’on qualifie ici d’esprits mais dont le sens est très large au Japon. Qu’il s’agisse de dieux, d’ancêtres ou de personnes décédées dans des conditions particulières, ayant ainsi acquis un statut lui-même particulier auprès du monde des vivants.

Légendes et récits

La légende la plus célèbre de la Yuki Onna a été écrite par Lafcadio Hearn (ou Yakumo Koizumi 1850-1904), écrivain essentiel dans la connaissance du folklore japonais, dans son recueil « Kwaidan : Stories and Studies of Strange Things » (1904). Elle lui aurait été rapportée par un fermier de la province de Musashi (actuelles préfectures de Tôkyô et Saitama).

Un jour, deux bûcherons, Minokichi et Mosaku, se font surprendre par une tempête de neige. Ne pouvant plus prendre le ferry qui les ramènerai chez eux, ils errent à la recherche d’un abri et finissent par trouver une cabane dans laquelle ils se réfugient, où ils décident de passer la nuit. Les heures passant et le froid s’accentuant, Minokichi se réveille et surprend une créature féminine d’une grande beauté soufflant sur le vieux Mosaku et lui prenant la vie par la même occasion. Surprise et en colère, elle décide malgré tout devant sa jeunesse et sa beauté de l’épargner, en lui faisant promettre de ne jamais raconter à quiconque ce qu’il a vu au cours de la nuit. Bien des années plus tard, Minokichi, marié a une femme splendide et père d’une dizaine d’enfants, finit par se confier à sa femme, admiratif devant sa beauté et surpris du fait qu’elle ne vieillissait pas, car elle lui rappelait parfois la Yuki Onna rencontrée dans la cabane autrefois. Furieuse, sa femme lui avoue qu’il s’agit d’elle-même, mais de nouveau elle ne se décide pas à le tuer car ils ont des enfants et elle veut qu’il s’en occupe ; cette fois, elle lui promet de revenir s’il n’est pas un bon père pour eux. Alors elle fond et disparaît pour toujours.

Un récit similaire dans le folklore japonais donne comme raison que ne s’étant pas confié à un être humain, elle ne pouvait pas considérer son acte comme une trahison et elle l’a ainsi épargné, disparaissant de la même façon.

Dans le Sôgi Shokoku Monogatari cité plus haut, la Yuki Onna est aperçue à la lisière d’une forêt de bambou, vêtue d’un kimono simple (sans doublure) et arborant un air étrange. Elle semble avoir la vingtaine et apparaît comme quasi-transparente, et elle mesure plus de 3 mètres de haut.

Dans la région d’Oguni (préfecture de Yamagata), la Yuki Onna, appelée Yuki Jorô ou courtisane des neiges, apparaît les nuits de pleine lune et de forte neige. Il s’agit ici d’une divinité de la lune qui, s’ennuyant dans le Royaume Céleste ou ce que l’on peut considérer comme tel (une sorte de monde des dieux), serait descendue explorer la Terre. Elle n’aurait plus jamais réussi à en repartir. Elle a pour habitude d’enlever les enfants et se trouve toujours accompagnée de sa nombreuse « progéniture ».

Une autre légende aurait été racontée à l’auteur Mizuki Shigeru (1922- ), une autre figure importante pour ceux qui s’intéressent au folklore japonais et plus particulièrement aux yôkai, auteur du manga Ge Ge Ge no Kitarô.
Un chasseur et son fils se trouvaient dans les monts Okuchichibu (centre du Honshû, zone correspondant à ce que l’on appelle les Alpes japonaises), lorsqu’ils ont été surpris par le blizzard et se sont retrouvés complètement aveuglés. Une fois la nuit tombée, ils ont aperçu la silhouette d’une femme, mais le père a interdit à son fils de la regarder ou même de lui adresser la parole. Le fils a malgré tout jeté un coup d’œil au personnage avant qu’il ne parte : il s’agissait d’une femme très pâle vêtue d’un kimono à rayures rouges qui les fixait, avant d’accélérer le pas et de s’évanouir dans la tempête. Une fois rentrés et en sécurité, le père a expliqué à son fils qu’il ne fallait jamais lui parler au risque d’être dévoré.

Très peu de protections semblent exister contre cet esprit, bien que selon plusieurs légendes elle soit très sensible à l’eau chaude, comme celles de la Tsurara Onna ou « femme stalactite », une femme née d’une stalactite détachée par un homme qu’elle va épouser. Ce dernier lui demande de prendre un bain chaud pour se relaxer, soit pour calmer ses ardeurs, soit parce qu’il ne l’a jamais vue se laver (selon les versions). La Tsurara Onna fond alors dans le bain et il n’en reste plus qu’une flaque à la surface. Mais une Tsurara Onna qui n’a pas fondu pourra se retransformer en stalactite afin de transpercer le cœur de celui qui l’a trahie.

De très nombreuses légendes entourant la Yuki Onna ou ses dérivés et d’aussi nombreux « témoignages » existent, trop pour tous les présenter ici dans leur totalité. Elle semble être essentiellement présente dans la moitié nord du Honshû, car bien que l’île d’Hokkaidô, pour laquelle je n’ai trouvé aucune référence à la Yuki Onna même si elle doit y exister, soit connue pour son climat extrêmement froid, le taux d’enneigement n’y est pas aussi élevé ; la quantité de neige tombant en hiver dans certaines régions du nord du Honshû peut être, y compris sans blizzard ou grande tempête, absolument impressionnante, ce que je confirme personnellement. Il n’y a alors rien d’étonnant à ce que ce type d’être hante l’imagination de ses habitants, comme de nombreuses reines ou princesses des neiges existent en Europe en Scandinavie ou en Russie par exemple.

Il s’agit avant tout d’un personnage à connaître car il est encore présent aujourd’hui dans de nombreux médias, en tant que personnage à part entière ou simplement cité, des films comme « Kwaidan » de Kobayashi (directement tiré du livre de Lafcadio Hearn du même titre) ou « Dreams » de Kurosawa, aux mangas et animes comme Bleach, Ranma ½, Yu Yu Hakusho ou One Piece, en passant par des jeux comme Shinobi 3D. Il fait partie du quotidien des japonais et de leur imaginaire, et de nos jours, comme pour notre croque-mitaine, elle est brandie comme une menace devant les enfants qui ne dorment pas ou qui passent trop de temps la nuit dehors. Quant à faire la part du vrai et du faux…

Quelques informations complémentaires

Sources sur les créatures japonaises
Les divers noms de la Yuki Onna
  • 雪娘 : Yuki Musume = la fille de la neige
  • 雪女子 : Yuki Onago = la femme des neiges
  • 雪女郎 : Yuki Jorô = la courtisane des neiges
  • 雪姉さ : Yuki Anesa = la sœur de la neige
  • 雪乳母 : Yuki Onba = la nourrice des neiges
  • 雪バンバ : Yuki Banba (Ehime)
  • 雪降り婆 : en rapport avec une vieille femme, je n’ai pas réussi à traduire en bon français
  • 雪女房 : Yuki Nyôbô = l’épouse de la neige
  • 雪姫 : Yuki Hime = princesse des neiges
  • 氷柱女 : Tsurara Onna =femme des stalactites
  • Shikkenken (transcription phonétique seulement, je n’ai trouvé aucune correspondance)

Bibliographie et Webographie

  • MIZUKI Shigeru, Yôkai: Dictionnaire des monstres japonais, Paris, Pika, 2008, vol.2, M-Z
  • FREDERIC Louis, Le Japon: Dictionnaire et civilisation, coll.Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996
  • JOLIVALT Sylvain, Esprits et créatures fabuleuses du Japon: Rencontres à l'heure du boeuf, Paris, You Feng, 2007
  • HEARN Lafcadio (YAKUMO Koizumi), Kwaidan: Histoires et étude de choses étranges, Paris, Mercure de France, 1998

Ecrit par Jutendoji

Vous avez aimé cet article ?

1 Soutenez son auteur
2 Partagez-le !
3 Discutez-en !



Pour poster un commentaire, connectez-vous à votre compte


1
  Ecrit le 11 janv. 2015, 15:44:14 #20

Lyzee



C'est vraiment bien argumenté... Tu as dut mettre beaucoups de tempsça m'épate beaucoup... Toutes ses légendes sont incroyables. Grâce à ça j'ai appris plein de chose. Merci
  Ecrit le 10 déc. 2013, 10:00:45 #19

FrankenFran



Franchement, c'est très travaillé. On voit que tu y as passé du temps, c'est très complet. Le folklore japonais est vraiment intéressant dans bien des aspects.
  Ecrit le 10 mai 2013, 11:45:41 #18

NihonLove



Merci beaucoup pour cet article. J'avais déjà entendu parler de la légende car dans le CDI de mon collège il y a un livre "Contes du Japon" avec cette légende et quelques autres. En tout cas, ton article est beaucoup plus complet et très intéressant.
  Ecrit le 7 févr. 2013, 22:07:00 #17

Littlebee



J'ai trouvé cet article très intéressant et documenté :-) Merci pour ton travail et ton partage
  Ecrit le 18 janv. 2013, 23:54:19 #16

Amouroux



Brrr ! Trouillarde comme je suis, quelle idée de commencer par cet article en arrivant ici ! Mais j'ai trouvé ça captivant et très intéressant ! Mon conjoint et moi-même étant des amoureux du Japon, c'est un bonheur d'avoir trouvé ce site ! Super article ! Passionnant ! (J'espère juste ne pas faire de cauchemars cette nuit ! ^^)
  Ecrit le 14 déc. 2012, 13:32:04 #15

Tsukiyo55



J'en avais déjà entendu parler effectivement !
Il est vrai que les japonais la mentionne pas mal à la Télé :p !
Merci Jutendoji
  Ecrit le 4 déc. 2012, 10:52:38 #14

OnigiriM



J'ai trouvé ton article intéressent, merci :)
Cela me donne envie de de regarder le film que tu as cité
  Ecrit le 30 nov. 2012, 02:03:11 #13

Kurosawago



Encore un joli travail, merci.
  Ecrit le 18 nov. 2012, 10:53:44 #12

Jutendoji



Raizo13< pour ce qui est de la neige je ne vis malheureusement pas là-bas, mais j'y suis allée plusieurs fois en hiver, et c'est vrai que j'ai été très impressionnée par la quantité de neige, par exemple à Aomori où il est tombé 4 mètres avant que je n'arrive, alors que dans une ville la neige ne reste pas en aussi grosse quantité, à tel point que pour circuler en voiture (si si, ils roulent normalement alors qu'ici ce serait la panique) dans la ville, il faut surveiller les trous dans la neige pour repérer les rues dans lesquelles tourner. Voilà un exemple, et je n'ose pas imaginer hors des villes, puisqu'en train on ne voyait dépasser que les toits. Là-bas les maisons ont une porte d'entrée supplémentaire au premier étage au cas il soit impossible d'utiliser l'étage du bas.

Désolée pour la longueur de mes coms, et merci à vous, je suis contente si ça a pu apporter quelquechose.
  Ecrit le 18 nov. 2012, 10:49:09 #11

Jutendoji



Raizo13< Les tabulations étaient au départ dans mon document Word, donc je pense que c'est ce format qui ne les accepte pas.
Pour les kami/yôkai, la différence peut être difficile à expliquer tout simplement parce qu'on traduit ces mots avec notre vocabulaire, c'est-a-dire avec des mots rattachés à notre propre culture, puisqu'on traduit kami par dieux alors qu'ils sont aussi liés au culte des ancêtres, un défunt pouvant devenir un kami par exemple, et en tout cas qui est vénnéré comme tel. Un yôkai est un "être surnaturel", dans notre sens de fantôme ET monstre, mais un être surnaturel englbe tout est n'importe quoi, et par exemple dans certaines régions la Yuki Onna est considérée comme une ancienne divinité lunaire ou vénérée comme une divinité de la nouvelle année, ou afin qu'elle ne soit pas trop sévère pour que les récoltes à venir soient bonnes. Désolée si mon explication était elle-même floue ^^

  Ecrit le 18 nov. 2012, 10:45:02 #10

Jutendoji



Natsakay< Il faudrait voir avec l'admin si on peut rajouter cette référence. Mais je pense qu'on peut la croiser dans pleins de films et mangas en général et que nous on ne fait pas toujours attention à ces références, surtout qu'il y a pas mal de dérivés de la Yuki Onna et des versions ou elle est une "vieille femme", mais ça aurait fait trop long.

Administrateur< Je ne connaissais pas cette émission et je suis allée voir le site officiel, je trouve ça très bien pour des débutants et je crois même que je vais m'en servir pour me faire des dictées, vu que mon niveau à l'oral est lamentable.

  Ecrit le 17 nov. 2012, 20:49:05 #9

Nic0las



Très intéressant ton article, il m'a captivé du début à la fin.
Je connaissais un peu cette légende mais j'ai énormément appris.
Les liens sont géniaux, et vont me faire passer quelques heures supplémentaires à lire ces histoires.

Il y a juste le passage entre la frontière de yôkai et kami que je n'ai pas compris. (erreur de syntaxe ou fatigue de ma part, je ne sais pas)

Quand tu parles de la quantité de neige dans les régions du nord du Honshû, c'est que tu y habites ou tu y est simplement allé à cette période?


Sinon pour chercher les petits détails, ce serait sympa de faire des tabulations surtout quand le texte est conséquent comme ici. Je sais pas si c'est possible avec TinyMCE...
  Ecrit le 14 nov. 2012, 22:03:20 #8

Administrateur



Oui, j'ai ajouté le lien vers la vidéo. J'ai hésité un peu, parce que le style enfantin de la vidéo ne collait pas avec le ton de ton article. Mais c'est un des épisodes d'une émission qui est très connue au Japon, et qui était diffusée pendant de longues années. Le titre de cette émission est "まんが日本昔ばなし". J'ai donc décidé de l'ajouter pour que les gens puissent la découvrir.
  Ecrit le 14 nov. 2012, 18:10:32 #7

Keiko



Wow ! C'est un travail énorme ! Bien que je connaisse l'histoire traditionnelle de Yuki Onna, j'ai appris pas mal de chose grâce à ton texte. Par exemple, Sôgi déjà parlait de Yuki Onna dans son ouvrage, l’appellation de Yuki Onna varie selon les régions, ce fantôme est cité encore de nos jours dans certains mangas comme Bleach, One Peace..., etc. Je suis maintenant une experte de Yuki Onna :-) Merci à Jutendoji !
  Ecrit le 14 nov. 2012, 17:02:00 #6

Natsakay



Merci pour cet article qui m'a l'air très complet.
Puis-je faire allution des tomes 3 et 4 de la série manga "Kindaichi shonen no jikenbo" où la légende de la femme des neiges s'illustre dans une série de meurtres perpétré par une personne on ne peut plus humaine.
Comme vous l'avez si bien dit : la femme des neiges est présentes en bien des points dans le folkhlore nippon.
  Ecrit le 14 nov. 2012, 16:26:29 #5

Xehanort



Excellent. Bon travail! =)
  Ecrit le 14 nov. 2012, 14:06:24 #4

Jutendoji



Merci à vous pour vos commentaires. Et merci à l'admin d'avoir rajouté dans la webographie cette petite vidéo en japonais: la narratrice et les personnages parlent bien et lentement, ça fera un bon entraînement de japonais oral ^^
  Ecrit le 14 nov. 2012, 11:10:43 #3

Shiroiookami



Merci et fantastique travail de recherche. Le résultat est impeccable !
  Ecrit le 14 nov. 2012, 10:49:59 #2

ABCDEFGHI



Merci pour cet article, j'adore les légendes Nippones super! :D
  Ecrit le 14 nov. 2012, 10:06:51 #1

Administrateur



Merci Jutendoji pour cet excellent article et pour nous avoir fait partager tes connaissances. Le document est extrêmement complet.
1
Copyright ©2006-2020 Japan-Activator    CopyrightFrance.com
Accueil  •  Cours de japonais  •  Culture  •  Forum