Actualité
Thèmes: Arts martiaux
mercredi 29 août 2012

Le dernier journaliste ayant écrit un court article dans un journal local a qualifié le iaido (居合道) de "secret", d'un brin austère.

C'est vrai que, vu de l'extérieur, il est un peu difficile de comprendre ce qu'il se passe : un éventuel spectateur verra un pratiquant assis en seiza (à genoux) ou debout. Puis après des secondes qui paraissent des minutes, une lame jaillit pour couper dans le vide, et enfin retourner à son fourreau. Pas d'adversaire, pas trop de sueur. Nous sommes bien loin des arts martiaux traditionnels. Et pourtant...

Le but de cet article est de démystifier et surtout d'expliquer la motivation que peut prendre autant une femme dans la fleur de l'âge qu'un homme, la retraite bien sonnée, à se rendre plusieurs fois par semaine dans un dojo.

Un peu d'histoire

Le iaido, n'a pas de réel fondateur (comme Jigoro Kano pour le judo ou Morihei Ueshiba pour l'aikido).
Il faut le percevoir comme un complément du kendo (escrime japonaise se pratiquant en armure et avec un sabre en bambou : shinai).

Les hautes instances du kendo du siècle dernier se sont rendues compte que même au pays du soleil levant, les notions de respect au sabre, de danger se perdaient, le shinai étant trop souvent perçu comme un vulgaire bâton. Tout un héritage qui risquait donc de disparaître.

Elles ont donc sélectionné une douzaine de katas (suite de mouvements, combats imaginaires contre un ou plusieurs adversaires) d'anciennes écoles (koryu) et les ont codifiés à l'extrême. Respect, précision, sont de rigueur. Le salut y tient d'ailleurs une très grande place : lors d'un examen, toute erreur dans cette phase est éliminatoire.

Dans la pratique

Chaque pratiquant porte un hakama et une veste de la même couleur : noire ou blanche.

Il utilise un iaito : réplique exacte (masse, longueur, ...) d'un katana (arme de prédilection des samourais). Seule différence : le iaito ne coupe pas. A partir d'un certain niveau, au-delà du 4ième DAN (au moins 10 ans de pratique) il sera de bon ton de pratiquer avec une arme tranchante.

Les 12 katas évoqués seront donc répétés, des centaines, des milliers de fois, chacun étant en général composé de 6 parties :

Nuki tsuke dégainer
Seme  menacer l'ennemi
Furikabute  armer le sabre
Kiri tsuke couper
Chiburi  phase transitoire
Noto tsuke rengainer

Puis, au fur et à mesure des progrès de l'étudiant, (car cet art martial est bien une étude, une voie : partie DO du mot IAIDO), l'enseignant (sensei) lui fera découvrir de nouveaux katas issus d'anciennes écoles (muso shinden ryu, katori shinto ryu, etc.). Ils ne sont pas beaucoup plus difficiles physiquement que les précédents (quoique...), par contre l'on sera plus exigeant quant à leur rendu, leur réalisme, leur expression.

Pour permettre au pratiquant de travailler les distances, la précision, certaines parties de cours se feront sans arme métallique : en effet, pour travailler à 2 ou plus, et sans danger, le bokken (sabre en bois) sera privilégié.

Le timing, la précision (angles de coupe, arrêt net de la lame), le regard, la respiration, l'attitude sont à corriger à chaque entrainement, mais aussi dans la vie de tous les jours comme l'a évoqué Ogura sensei 8ème DAN lors du stage de Versailles en novembre 2011 : l'homme doit devenir meilleur, travailler son kokoro.

 

En conclusion

Vous l'aurez compris, cet art martial a aussi des prétentions spirituelles. Sortir le meilleur de soi, progresser, et à un stade plus avancé, ne plus couper du vide, mais son égo.

Le prochain grand rendez-vous : du 2 au 4 novembre 2012 à Versailles. 4 sensei japonais viendront de nouveau apporter ce qu'il faut pour que élèves et enseignants occidentaux puissent encore progresser. 

La fin de ce stage se concrétisera par le traditionnel passage de grade du 1er au 7ieme DAN.


Pour approfondir : le site de la fédération francaise de iaido.

 

Ecrit par Stucket

Vous avez aimé cet article ?

1 Soutenez son auteur
2 Partagez-le !
3 Discutez-en !



Pour poster un commentaire, connectez-vous à votre compte


<< < 1 2
  Ecrit le 29 août 2012, 11:58:35 #2

Administrateur



@Shiroiookami : Tu voulais dire l'Iaido ? Moi non plus je ne connaissais pas, j'étais bien content que Stucket me propose l'article.
  Ecrit le 29 août 2012, 11:22:48 #1

Shiroiookami



Merci du partage. Je ne connaissait pas le kyudo.
<< < 1 2
Copyright ©2006-2021 Japan-Activator    CopyrightFrance.com
Accueil  •  Cours de japonais  •  Culture  •  Forum