Actualité
lundi 23 janvier 2012

Les Occidentaux connaissent depuis peu l'art de l'arrangement floral japonais : l’ikebana.

Il désigne une composition très minimaliste, réalisée à base de fleurs, feuillages, branchages. C’est, dit-on, l’art du bouquet dépouillé suivant les traditions et les techniques japonaises, disposant les fleurs en bouquets avec une esthétique singulière. Il se distingue des compositions florales occidentales par son asymétrie, sa recherche de l’utilisation de l’espace, mais aussi par sa symbolique.

Histoire de l’ikebana

L’ikebana (« ikeru » vivre, et « hana », fleur, ou l’art de faire vivre les fleurs) est d’origine chinoise.

Dès le 6ème siècle cette pratique arrive au Japon avec le bouddhisme, mais c’est le shintoïsme qui lui donne tout son éclat et son raffinement. L'ikebana plonge profondément ses racines dans ce respect que les Japonais ont depuis l’aube des temps pour les fleurs, les plantes, les arbres, et la nature en général. 

Le Shintô (la voie des Dieux) se fonde sur « le culte de la nature, le respect des ancêtres et un sentiment de communion avec les forces de l'univers et les générations passées » (Edwin O. Reischauer dans "Histoire du Japon et des Japonais, des origines à 1945" p.30). Ainsi, dans ce contexte, les fleurs ne sont pas seulement appréciées comme un « matériau vivant » sublimé, mais également comme une "passerelle" permettant la communication entre les esprits supérieurs et les hommes. 

Ces notions profondément ancrées dans la culture japonaise ne sont pas des croyances religieuses mais des pratiques de l’esprit et de l’intellect en harmonie avec le corps.

L’offrande de fleurs dans les temples bouddhistes ne vise pas à atteindre un idéal de beauté, mais répond précisément à des préceptes religieux shintoïstes qui reposent à la fois sur une représentation symbolique du ciel ("Shu"), de la terre ("Kyaku") et de l'homme ("Fuku"), mais aussi par l’harmonie entre l’Homme et la nature, associant l’idée d’éphémère et de renaissance ainsi que le principe masculin / féminin.

L'art de l'ikebana, réservé à l’origine aux moines, fut de plus en plus adopté vers le Xème siècle par l'élite. C’est ainsi qu’après plusieurs siècles, les offrandes de fleurs se transformèrent en un véritable art floral apprécié de l’aristocratie et des samouraïs.

Pour les samouraïs, l’importance de cette pratique se révèle dans la recherche de calme et de sérénité, un moment de méditation purifiant l’âme. Quant à la cour, on y organisait de nombreux jeux culturels, notamment « des compétitions de fleurs ». De cette évolution naîtront différents styles constamment codifiés. 

Les différents styles de l’ikebana 

L’ikebana ritualisé perdra une partie de ses codes complexes au XIIe siècle, donnant naissance à un nouveau style, le Rikka, codifié en 1462 par Sengyô, pour atteindre son apogée au XVIe siècle.

« Le style « rikka » est une allégorie de la nature strictement liée au bouddhisme ésotérique et qui trouve son expression dans les branches, fleurs, feuilles et troncs, au travers de règles géométriques et avec des proportions fixes et inaltérables. Celles-ci, orientées vers des points divers, déterminent le caractère tridimensionnel de la composition, toujours comprise dans un triangle qui représente le mont Shumisen (ou Sumeru), montagne axiale, symbole du cosmos et objet de culte bouddhique ». (cf ikebana-ohara )

Ce style sera simplifié au XVIIe siècle avec le style « Seikka » qui ne comporte pas plus de deux espèces végétales, l’arrangement floral toujours basé sur le concept de trinité. Cette trinité représente le royaume du ten-chi-jin (ciel/terre/homme).

Puis par le style Shôka au XVIIIe siècle

Voici quelques styles remarquables successifs jusqu’à nos jours :

  • Le style Suna-no-mono: L'ensemble des règles du Rikka sont applicables à ce style. La différence réside dans la hauteur du bouquet. Les bouquets de style Suna-no-mono sont beaucoup plus bas. Ils sont formés dans un bassin. La base de chaque branche est cloutée sur des planchettes recouvertes de petits cailloux qui servent à les cacher et à les maintenir.
  • Le style Nageire: C’est une forme expurgée du Rikka. Dans ce style, on abandonne la rectitude des lignes pour donner à l’ensemble une forme plus naturelle. Ce style d'ikebana est encore pratiqué de nos jours. Littéralement, « nageire » signifie « jeter dedans », et se réalise dans n’importe quel vase haut.
  • Le style Chabana : - « ou fleurs pour le thé » - arrangement floral conçu pour la cérémonie traditionnelle du thé. Beaucoup plus sobre et essentiel, il est surtout réalisé par les Maîtres zen du « CHA NO YU ». Le bouquet ne suit pas les règles strictes du Rikka. Il est caractérisé par sa simplicité et son naturel. Le dépouillement est poussé à l’extrême.

De nombreuses compositions ne sont formées que d’une seule branche.

L’art de l’ikebana ne cessera d’étendre son influence et le nombre de ses adeptes durant toute l’ère Muromachi (1333-1574).

Puis vint l’époque où l’art des fleurs commence à être pratiqué par les femmes, et devient vite la marque de la femme cultivée.

En 1868 et à la restauration de Meiji, le Japon ouvre ses portes aux cultures américaine et européenne, avec leur lot de fleurs occidentales aux couleurs plus intenses. La seule possibilité pour les Japonais d’utiliser ces nouveaux végétaux est de créer des formes nouvelles avec le « Moribana », littéralement « fleurs amassées ».

La naissance de l’Ecole Ohara, en 1895, est liée à celle du moribana dans lequel la profondeur et l’espace sont plus grands, dans une utilisation de vases qui permettent des compositions beaucoup plus larges.

Le style Moribana au XIXe siècle, créé par Ushin Ohara (1861/1914).

Ce style d’arrangement permet l’utilisation de fleurs occidentales. Ce courant est à l’origine de nombreux autres courants avant-gardistes. Il est cependant possible de les classer en deux grands courants en fonction de leurs techniques. Cette classification est purement académique. Ces deux grands courants sont les «naturels» et les «modernes». Les «naturels» respectent plus la plante et les saisons que les modernes. Dans ces compositions, il est possible d’utiliser un pique-fleurs. Les «modernes» jouent sur les masses et les volumes. Ce style d'ikebana est encore pratiqué de nos jours.

Le style « Jiyûka » est le style dominant de nos jours. Jiyûka signifie "fleur libre". L’asymétrie, le contraste, l’harmonie, l’équilibre, les caractéristiques des éléments, la vivacité sont les principes dominant à ce nouveau style. Chaque école garde comme base leurs styles particuliers.

Enfin, de nouveaux styles de bouquet font leur apparition visant à saluer un événement particulier (Nouvel An, fête des jeunes filles, fête des garçons, etc.). Les bouquets réalisés durant cette période sont plus élégants et raffinés.

L’ikebana demeure une composante importante de la culture japonaise, les femmes le pratiquent régulièrement, et toute jeune fille est invitée à apprendre cet art qui fait partie de la vie culturelle au Japon.

Voyons succinctement comment composer un ikebana.

La réalisation d’un Ikebana

Pour composer un bouquet, le choix est la base de la réussite : choix du contenant, choix des éléments qui composeront l’arrangement. Les branches coupées de l’arbre, les feuilles détachées de la plante continueront à vivre.

Dans chaque œuvre, on retrouve une branche principale nommée « Shin ». Celle-ci est agrémentée par deux autres branches (nommées « Soe » et « Uke ») ayant chacune un rôle spécifique. Toute l'ampleur de l'œuvre est donnée par une longue branche nommée « Nagashi ». La profondeur de l'œuvre est obtenue par le « Mikoshi ». Le Mikoshi est une branche partant en arrière et en biais. Le « Hikae » est une branche partant vers le bas et qui rejoint le "Maeoki". Le "Maeoki" est une branche qui fini le bas de l'œuvre. 

Rappelons nous, l’ikebana est structuré selon 3 points symboliques : le ciel, la terre et les hommes. La composition florale doit jouer avec l’espace, la profondeur ainsi que l’asymétrie totale. Il valorise aussi bien la fleur, les tiges, les feuilles que le vase lui-même. 

Des règles bien précises doivent être respectées, notamment pour réaliser une composition Rikka : la hauteur du vase doit représenter le quart de la hauteur de la composition totale, quant à la hauteur totale de la composition, elle doit être égale à celle de la plus haute tige ajoutée à la hauteur du vase. 

Dans tous les cas, chaque fait et geste dans l'exécution d’un ikebana a une signification, autant que les fleurs utilisées. 

  • Le bourgeon et le bouton symbolisent l’avenir, le futur.
  • La fleur ouverte évoque l’épanouissement.
  • Le lichen fait référence au passé.
  • Les fleurs de pêcher représentent la féminité.
  • Le chrysanthème blanc évoque rivières et ruisseaux.
  • Le Bambou symbolise la prospérité.
  • Les branches de pin symbolisent les rochers et les pierres.
  • L’asymétrie renvoie vers l’idée de mouvement et de vie.

La pratique de l’ikebana aujourd’hui

Dès le XIXème siècle, la multiplication des écoles permet une large diffusion de cet art traditionnel. Toute famille japonaise avait dans sa maison un emplacement – le tokonoma – où était disposé, près d’une peinture ou d’une calligraphie, un arrangement floral pour la cérémonie du thé, ou plus simplement pour honorer ses hôtes.

L’ikebana est pratiqué aujourd’hui par des millions de Japonais. Cette approche japonaise de la composition florale est considérée à la fois comme un art et une technique de relaxation. L’ikebana permet de mieux connaître et aimer les fleurs ainsi que d’évacuer le stress. Grâce à l’ikebana, chacun peut donner libre cours à son imagination, c’est donc un formidable moyen d’expression.

Actuellement, il existe différentes écoles, chacune ayant ses propres styles. (voir Annexes)

  • En Occident, la nature est présentée comme un élément qui s’oppose à l’homme, une nature qui doit être maîtrisée.
  • Au Japon, au contraire, l’homme et la nature forment un tout indissociable (cf. le shintoïsme) qui a fait de la composition de fleurs un acte tout à fait naturel.

Certains pensent que l’ikebana est plus qu’un art, il s’est muté en philosophie. En effet, sous l’influence du bouddhisme za zen, l’ikebana est une voie de transformation de l’être.

Pour d’autres, c’est un art à forte connotation traditionnelle, et qui a du mal à se détacher de cette image malgré les efforts de modernisation des différentes écoles.

Pourtant, en se démocratisant et en cherchant à toucher le plus grand nombre, les écoles d’ikebana ont perdu un peu de l’approche philosophique et religieuse de la création florale. L’ikebana, en se libérant de certaines règles, semble devenir une pratique de loisirs plutôt qu’une philosophie. En occultant cette notion, il risque peut-être de devenir un cliché de la tradition japonaise et perdre tout son sens originel.

Visuellement éphémère comme la vie, lorsqu’elle est en harmonie, et créée avec le cœur, la composition florale laisse dans l’âme une trace indélébile. Nous avons vu combien la pratique est codifiée et respecte des règles strictes. Aussi, l’ikebana demande patience, rigueur, calme et ne supporte pas la médiocrité. La beauté ne s’atteint que grâce à un travail persévérant.

Pratiquer l’ikebana, c’est découvrir le Beau, c’est dépouiller et façonner une branche pour en souligner la meilleure expression, c’est aussi mettre en valeur une feuille, une seule fleur, jouer avec les couleurs qui se valorisent et s’harmonisent. 

Pour mieux comprendre, voici une vidéo montrant la subtilité de la technique de création d’un bouquet

« L'ikebana est l'illustration même de l'harmonie parfaite entre l'homme et la nature, de cet état de sublime absolu ; la nature sert l'homme et l'homme sert la nature ».

Sofu TESHIGAHARA

« que l’on fasse son premier ou son centième bouquet, l’émotion est la même. Car chaque branche, chaque fleur est unique ».

 (Extrait du « Livre du thé », 1906, de Kakuzo)

Bibliographie

  • Ikebana Ohara , Art floral japonais / Annik Howa Gendrot  Edition 04/1998
  • Ikebana / Angela Sawano ; photographies Shu Tomioka. - Paris : Marabout, 2007.
  • Ikebana, l'histoire, les styles, les techniques Shozo Sato /Eugen Ulmer Eds | février 2009
  • Ikebana , L'art des bouquets japonais / Diane Norman, Michelle Cornell ; Paris Edition Octopus 04/2003

Annexe

Les grandes écoles d’ikebana

Ikenobo :

Le style « rikka » traditionnel suit des règles très strictes, et n’est que rarement enseigné dans les autres écoles. Ce modèle a été développé comme « expression bouddhiste de la beauté de la nature, avec sept branches représentant des collines, des chutes d’eau, vallées, disposées d’une manière formalisée ».

Le style « shôka » traditionnel est issu de l’ikebana plus simple du 18ème siècle. Les caractères essentiels de la plante sont représentés avec simplicité et beauté, dans « un ensemble exprimant le renouvellement continuel de la vie ».

Le style « libre » respecte « les principes de base de la nature, mais permet une approche plus libre qui repose sur l’intuition, la sensibilité et l’appréciation personnelle ».

Site officiel de l’école :http://www.ikenobo.jp/

Ohara-ryû Ecole fondée en 1895 par le sculpteur Unshin Ohara, cette école s’imprègne des nouvelles influences occidentales. Il crée un style à part entière, le « Moribana » ("fleurs amoncelées").

De plus, il invente des vases plats et peu profonds, pour mettre en valeur ses arrangements.

L’école Ohara enseigne plusieurs formes d’ikebana :

Le style "hana simple" (arrangement de style fondamental vertical ou incliné)

le style "nageire ou heika" (arrangement de style vertical, incliné ou en cascade. Ils se réalisent dans des vases en hauteur.)

Le style "moribana" (arrangement de style droit, incliné ou se reflétant dans l’eau. Les fleurs sont empilées dans des récipients plats.)

Le style "hanamai" (il n’y a pas de règles concernant la taille, l’angle ou la direction des plantes. Cet ikebana permet d’exprimer la beauté tridimensionnelle des plantes.)

Site officiel de l’école : http://www.ohararyu.or.jp/english/index_e.html

Sôgetsu-ryû Cette école a été fondée en 1927 par Sofu Teshigahara, fils d’un artiste d’ikebana.

Son désir est de faire de l’ikebana un art créatif, « dans lequel les artistes pourront exprimer leur originalité et leur imagination ». L’art moderne occidental est sa principale influence. Sofu est à la tête du mouvement d’avant-garde de l’ikebana (zen eibana) qui rompt avec l’ikebana classique, en y introduisant toutes sortes de nouveaux matériaux, tels que le plastique, le plâtre et l’acier. Il met donc en avant un style plus libre où l’ikebana est composé « n’importe quand, n’importe où, par n’importe qui, avec n’importe quel type de matériaux ». L’ikebana Sogetsu est conçu pour convenir à tout type d’endroits, afin d’y enrichir leur atmosphère.

Site officiel de l’école : http://www.sogetsu.or.jp/english/index.html

Ryûsei-ha: école fondée en 1886. Cette école enseigne aussi bien les styles traditionnelles du type Rikka et Seika que moderne avec des cours de "libre composition".

Site  de l'école: http://www.ryuseiha.net/english/index.html

Crédits photos :

Ecrit par Marionv13

Vous avez aimé cet article ?

1 Soutenez son auteur
2 Partagez-le !
3 Discutez-en !



Pour poster un commentaire, connectez-vous à votre compte


1
  Ecrit le 10 juil. 2014, 18:57:55 #4

Acalia



Un article complet et intéressant, mettant en valeur cet art et de son évolution.
  Ecrit le 25 juin 2013, 14:02:48 #3

Xehanort



Excellent article: complet, enrichissant et bien écrit. Bravo.
  Ecrit le 16 janv. 2013, 13:53:27 #2

Inventive



Cet article nous permet de voir la nature sous un autre angle ! (moi qui ne suis pas fan des plantes) ;)
Merci beaucoup
  Ecrit le 14 déc. 2012, 14:04:51 #1

Tsukiyo55



Ce serait bien que nous, français, pratiquions ce genre de chose ! Je trouve ça magnifique moi qui adore les fleurs :)
Merci Marionv13
1
Copyright ©2006-2019 Japan-Activator    CopyrightFrance.com
Accueil  •  Cours de japonais  •  Culture  •  Forum